Pourquoi choisir le portage salarial quand on est freelance ?

Portage salarial

De 2010 à 2020, le nombre de travailleurs en portage salarial est passé de 15 000 à 70 000. Mieux, ce mode de travail permet aux entreprises porteuses de brasser jusqu’à 900 millions d’euros en 2017. Ce qui représente une hausse de 22 % comparé à 2016. L’intérêt accru pour le portage se justifie donc totalement. Si vous êtes un travailleur indépendant, la question ne se pose plus quant au choix de votre statut juridique.

Qu’est-ce que le portage salarial ?

Dans la quête de l’équilibre sécurité salariale Vs autonomie entrepreneuriale, travailler en freelance devient l’option de plusieurs personnes. Ce qui, bien évidemment, ne dispense pas du choix d’un statut juridique : le portage salarial par exemple.

De la différence entre un freelance et un salarié porté

Le freelance travaille pour des entreprises en réalisant des missions ponctuelles et récurrentes. N’ayant de ce fait pas un statut de salarié, il jouit d’une grande liberté en termes :

·        De temps de travail ;

·        De flexibilité ;

·        Des horaires ;

·        De choix des clients ;

·        De lieu de travail et de hiérarchie ;

·        Etc.

Le freelance n’a donc pas de statut à proprement parler, à la différence du salarié porté.

Quand parle-t-on de salarié porté ?

Le professionnel détient ici un statut hybride : qui allie parfaitement la souplesse du mode freelance à la sécurité du mode salarié.

Le portage salarial fait, en effet, intervenir une société de portage salarial et établit un statut plus précis et réglementé. Et ceci, à travers notamment la loi n° 2008 – 596 du Code du travail portant modernisation du marché de l’emploi. Il fait intervenir 3 parties :

·        La société de portage qui délivre une convention de portage ;

·        Le salarié ou consultant porté lié à cette dernière par un contrat de travail ;

·        Le client final qui signe avec ce dernier un contrat de prestation.

Du mode de fonctionnement du consultant porté

Très autonome dans son activité, le travailleur en portage salarial facture ses honoraires sous couvert de la société qui lui paie un salaire en retour. Dans certains cas, il reste entièrement libre de fixer ses conditions de travail.

Les avantages à être un salarié porté

Le tout premier avantage est le cadre juridique 100 % sécurisé à travers :

·        Une protection sociale complète (droit au chômage, cotisations aux caisses de retraite, remboursement des soins, indemnités journalières en cas d’arrêt maladie, etc.) ;

·        Une garantie financière en cas de défaillance client ;

·        Etc.

Mais encore, avec le portage salarial, vous bénéficiez :

·        De la flexibilité au travail ;

·        D’une possibilité de cumuler vos revenus à vos allocations chômage ;

·        D’un service de proximité avec des experts, si besoin est ;

·        D’offres de missions, de formation et d’un large réseau professionnel ;

·        Des congés payés voire une prime de précarité ;

·        Etc.

Et la cerise sur le gâteau, c’est que la gestion administrative et comptable vous est épargnée : meilleure alternative pour les métiers du secteur digital donc !

Un accompagnement sur mesure avec de meilleures garanties

En général, les sociétés proposant comme mode de travail le portage salarial vous offrent un accompagnement à travers des formations dans divers domaines : prise de parole, communication, prospection commerciale, etc.

Mieux, le contrat de travail en CDD ou CDI que vous signez et les fiches de paie sont des justificatifs capables de vous conférer le droit de réaliser des emprunts par exemple.  Plus de soucis pour présenter des garanties financières aux organismes et bailleurs.

Enfin, sauf si elle est réglementée, votre profession actuelle peut bien être conservée, pendant que votre poste est converti de salarié à hybride. Vous savez sûrement qu’il est possible d’optimiser ses revenus en portage salarial.

Les recommandations de Paul Morlet pour réussir un business
Gestion des risques : les conseils de Paul Morlet pour faire face au Covid