Doit-on négocier un découvert autorisé pour son compte professionnel ?

Compte professionnel et découvert

Plusieurs choses doivent être connues sur les autorisations de découvert pour un compte professionnel.  En effet, avant de s’engager, il faut savoir les avantages ainsi que les inconvénients de ce à quoi on adhère. Les avantages bien évidemment résident dans le fait qu’en cas de panne de liquidités, avoir son solde débiteur ne vous fait pas passer forcément dans le rouge. Votre entreprise peut donc fonctionner encore en plein régime et sans en pâtir. Les inconvénients résident dans les frais. Il faut aussi savoir que la facilité de caisse n’est pas une autorisation  de découvert. Ce sont deux notions similaires mais pas identiques. La spécificité réside dans la période ou l’on a un solde négatif. Pour le découvert autorisé, comme son nom l’indique, on peut être débiteur durant la période de l’accord, tandis que la facilité n’autorise le fait d’être débiteur que pendant la moitié du moi.

Pourquoi faut-il négocier un découvert autorisé ?

Parfois, il est besoin pour une entreprise de pouvoir avoir des liquidités en sus en cours de route. Plusieurs exemples peuvent l’attester mais la plus simple se trouve être celle-ci. Si une grosse commande a été demandée par un client, que vous savez être solvable, et que pour pouvoir satisfaire à cette commande, il vous faut faire appel à plusieurs équipes en heure supplémentaire. Le paiement dudit commande ne se fera qu’au moment de la livraison,  dans deux semaines pour l’exemple. Les heures supplémentaires sont payables avec le paiement des salaires pour la semaine prochaine. Ces heures supplémentaires n’étant pas comprises dans le budget initial, il faut trouver comment les financer.  Ici, l‘autorisation de découvert, est un atout car ce n’est qu’un manque de liquidités temporaires qu’il faut pallier.

Il faut négocier dès le début son autorisation de découvert

Les conséquences financières d’un compte professionnel à découvert sont moindres certes, mais à méditer. Si l’on demande une autorisation de découvert en cours d’exercice, ceci a un coût autre que les intérêts du découvert ou agios. En effet, pour être autorisé à avoir un découvert, il faut au préalable une étude du Banquier. Pour ce faire, il faut présenter une demande. Et à la demande est imputé un frais de dossier, que l’on ait une réponse favorable ou non. Ce qui fait que si vous pouvez ressentir qu’en cours d’ exercice, il y ait un manque de liquidités, et pour que votre compte professionnel ne passe pas dans le rouge, il faut penser à négocier dès le début de la création du compte une option d’autorisation de découvert,  si cette option n’est pas proposée dans le pack que vous avez choisi dans votre Banque.

Auto-entreprise : comment jouer avec les plafonds de TVA ?
CFE, cotisations sociales, charges fiscales… que doit payer un auto-entrepreneur ?